dilluns, de maig 28, 2012

AMB EL TEMPS: UNA TRISTA I MERAVELLOSA CANÇÓ DEL GRAN LÉO FERRÉ



Avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie le visage et l'on oublie la voix
le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien
avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
l'autre qu'on devinait au détour d'un regard
entre les mots, entre les lignes et sous le fard
d'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
avec le temps tout s'évanouit
avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueules
à la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
le samedi soir quand la tendresse s'en va tout' seule
avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
l'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
avec le temps, va, tout va bien
avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie les passions et l'on oublie les voix
qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid
avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
et l'on se sent floué par les années perdues- alors vraiment
avec le temps on n'aime plus

4 comentaris:

Carme ha dit...

Preciosa i trista, fa temps que no la sentia. M'ha agradat recordar-la, encara que m'ha deixat plena de malenconia!

cantireta ha dit...

Una llàgrima llisca galta avall
pel perdut i el temps que s'hi escola...

Francesc Mompó ha dit...

Carme, Cantireta, Léo Ferré és un mostre meravellós.

Miquel Àngel ha dit...

A!! el mal aimé !!! lo mestre de tots!! , Una vegada a la Plaça de ña catedral de barcelona , Leo Ferre dirigia l'orquetra del Liceu o potser unaltra "D'aquestes" i davant del public que abarrotava la plaça , li va fotre una bronca monumental a una cellista que va arribar tard .Una bronca amb françes ràpid ,un exabrupte de tres parells de nassos perquer la noia no era a lloc quan el mestre volia començas a dirigir.
Franco ,la muerte!!!.mai oblidaré l'estupor i el pànic d'aquella Gran Orquestra que va rebre una humiliació pública d'un tio al que devien considerar un no ningú ....
Despres es va marcar ell, tot sol el concert de la ma esquerra ... i jo vaig pensar que els versos d'espriu eren una estupidesa , perque si haviem d'anar cap al Nord . A prendre de lletra...